Agissez pour protéger le droit de parole des scientifiques du gouvernement!

Les scientifiques du gouvernement font les recherches d’intérêt public essentielles à la sécurité, à la santé et à la prospérité des Canadiens. Ce sont ces recherches essentielles qui contrôlent la qualité de l’air, assurent la salubrité de nos aliments et évaluent la santé et la situation de nos espèces sauvages emblématiques.

Elles doivent donc être protégées de l’ingérence politique et être communiquées ouvertement au public, aux médias et aux décideurs.

Depuis son élection en octobre, le gouvernement libéral n’a pas tardé à favoriser la libre communication de l’information scientifique au public. Néanmoins, les restrictions imposées à coup de politiques de communication draconiennes par le gouvernement précédent sont encore très présentes dans beaucoup de ministères.

Il ne fait aucun doute que le gouvernement fédéral appuie l’intégrité scientifique, mais les politiques et l’infrastructure ne sont pas encore en place pour la favoriser. Il faut protéger la science contre de futures attaques et mettre en place de nouvelles politiques pour clarifier les règles s’appliquant aux scientifiques fédéraux, protéger l’intégrité de leurs recherches et mettre des bâtons dans les roues aux futurs gouvernements qui voudraient museler les scientifiques.

Il est temps que le gouvernement protège l’intégrité scientifique en s’assurant d’inclure le droit de parole et l’engagement du gouvernement envers l’intégrité scientifique dans les conventions collectives et élabore et mette en œuvre une politique officielle d’intégrité scientifique dans tous les ministères à vocation scientifique. Cette politique s’inspirerait des politiques d’intégrité scientifique instaurées aux États‑Unis par le président Obama.

Une politique générale sur l’intégrité scientifique irait plus loin en garantissant l’ouverture de la science publique au public.  Une politique complète comprendrait des mesures pour garantir ce qui suit :

  • Le droit des scientifiques de parler publiquement de la science et de leurs recherches;
  • La diffusion publique de l’information scientifique en temps opportun;
  • Le droit d’un dernier examen par des scientifiques pour empêcher que leurs travaux soient dénaturés dans des produits de communication;
  • Des garanties contre l’inconduite scientifique;
  • La protection contre des influences commerciales indues.

Inscrire ces principes dans la convention collective contribuerait grandement à protéger et à améliorer la capacité des scientifiques fédéraux à réaliser de bons travaux scientifiques dans l’intérêt de tous les Canadiens.

Agissez maintenant pour protéger la science de futures attaques – apposez votre nom à notre lettre ouverte qui demande que l’intégrité scientifique soit inscrite dans les conventions collectives des scientifiques du gouvernement fédéral et que des politiques officielles sur l’intégrité scientifique soient mises en place dans les ministères à vocation scientifique.

La lettre ci-jointe a été envoyée par Évidence pour la démocratie (E4D) et l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC) au premier ministre Justin Trudeau et aux ministres fédéraux des Sciences Kirsty Duncan et Navdeep Bains.

Ensemble nous pouvons assurer l’intégrité de la recherche fédérale et mettre des bâtons dans les roues aux futurs gouvernements qui voudraient museler les scientifiques.

Nous devons montrer au gouvernement que le public appuie fortement l’inclusion de dispositions sur l’intégrité scientifique dans les conventions collectives des scientifiques du gouvernement et l’adoption d’une politique officielle sur l’intégrité scientifique.

Aidez à donner de l’ampleur à cette campagne en la partageant sur Twitter et Facebook et en la faisant suivre par courriel à vos amis et à vos collègues.